les trois ordres
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

les trois ordres

l'humain, composé organique hautement improbable de corps, de pensée et d'âme
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-48%
Le deal à ne pas rater :
-48% sur le Compresseur digital programmable Michelin 12V – 6,9 Bars
41.88 € 79.90 €
Voir le deal

 

 la vie est un jeu

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 74
Date d'inscription : 27/07/2007
Age : 75

la vie est un jeu Empty
MessageSujet: la vie est un jeu   la vie est un jeu Icon_minitimeMar 10 Aoû - 10:21

C’était le 4 août 2010, et Michelle et moi étions revenus la veille de l’océan, où nous avions passé deux semaines merveilleuses avec nos petits enfants ! J’avais rendez-vous avec MME GREGOIRE de la CRAM à la Maison des Permanences à Montbrison.
J’ai été reçu à l’heure par une jeune femme charmante, et étais donc dans d’excellentes dispositions ! Après quelques vérifications et calculs, elle m’a annoncé que ma retraite, tous régimes confondus et retraites complémentaires comprises, s’élèverait à environ 500 € ! Cela aurait dû me plonger dans les affres du désespoir, mais j’étais très en forme, et puis, je m’y attendais un peu !
J’ai même cru bon de consoler cette jeune femme qui avait l’air plus désolée que moi, en lui disant : « Je ne regrette rien, je me suis bien amusé ! ». Et je suis reparti avec tous les renseignements utiles pour « liquider » définitivement ma retraite (j’aime beaucoup cette expression) !
En ressortant, j‘ai précisément repensé à ma sortie, « Je me suis bien amusé ! », et elle m’est apparue particulièrement pertinente, et ce pour plusieurs raisons.
1. Tout d’abord, cette expression « je me suis bien amusé » dit que la vie doit être considérée comme un jeu. La Bible n’hésite pas à mettre en scène dieu, son esprit ou sa sagesse jouant, sur les nuées ou ailleurs, mais jouant ! Et comme chacun ne le sait que trop, nous sommes à l’image de dieu. Deux titres que j’adore, sans toutefois connaître le contenu des œuvres qu’ils recouvrent, sont « La divine comédie » et « La comédie humaine ». D’ailleurs nous commençons et terminons notre vie en jouant, à cache-cache étant petits, au cartes étant âgés : il n’y a que dans l’entre-deux que nous nous prenions au sérieux et que nous nous croyions obligés de faire semblant de ne pas jouer, avec le règne des hypocrisies, des sous-entendus, des compromis et des apparences auquel ce faux-semblant aboutit. A tel point que le mot « jeu » a pris un sens opposé au sens premier dans les expressions consacrées de l’entre-deux comme « Jouer la comédie », « La vie n’est pas un jeu ! », « Ne jouez pas avec mes nerfs ! », etc. Je précise l’expression « entre-deux » par laquelle je désigne le monde des adultes, qui construisent et contrôlent la société bien pensante, la culture dominante, la loi et l’ordre naturels, l’exploitation des pauvres par les riches, etc. Dans cet « entre-deux », les adultes, ceux qui mènent le monde, ceux qui sont plongés totalement dans le 2ème ordre de Pascal, celui de la raison et de la rhétorique, de la science et de la morale, de la religion et de la philosophie, se prennent au sérieux et ne jouent pas ! Ou du moins, ils jouent dans le sens où ils jouent la comédie pour mieux dominer. En fait le jeu est ce qu’il y a de plus sérieux sur terre si l’on en croit la façon dont les enfants et les vieux se laissent prendre au jeu. Nietzsche sur ce point avait raison !
2. Je reconnais aussi par là que j’ai eu de la chance, que j’ai tiré des bonnes cartes ! En effet dans tout jeu, seuls s’amusent vraiment ceux qui ont « du jeu », suffisamment pour avoir des chances de gagner, et pour effectivement gagner quelquefois. Vous qui avez passé toute une après-midi sans recevoir une passe, ou sans « y aller » une seule fois, vous savez que je dis vrai ! J’ai reçu à ma naissance, et par la suite, un bon jeu et une bonne intelligence de jeu. J’ai feinté, je me suis créé des occasions, j’ai été dangereux, j’ai appris des techniques, j’ai surpris l’adversaire, bref, j’ai été un bon élément comme sur la cour de récré du collège Saint Joseph où j’ai passé sans doute les meilleurs moments de ma vie, les plus intenses ! Je n’ai pas vécu le nez dans le guidon, pour reprendre une expression du sport, qui est ou devrait être un jeu (nous savons malheureusement que ce jeu a été transformé en quelque chose de sérieux, c’est-à-dire de rentable, par ceux de l’entre-deux !).
3. Comme tout jeu, seuls gagnent ceux qui le prennent vraiment au sérieux en tant que jeu et non ceux qui se prennent au sérieux et qui, comme on dit dans le domaine du sport, ont la grosse tête ! Seuls gagnent ceux qui mettent toutes leurs forces dans le jeu, et non ceux qui se regardent jouer dans la glace, ou ceux qui n’en attendent qu’une récompense financière ou autre ! Les clubs pro commencent à comprendre que toutes les primes de match ne remplaceront jamais le plaisir de jouer, et que des amateurs en verve peuvent mettre leur faire la nique avec le sourire ! Sur le terrain de jeu religieux, c’est la même chose, la récompense étant ici spirituelle : j’ai bien joué, mais en même temps, j’étais persuadé que la récompense viendrait après, dans la vraie vie, et donc, comme tout religieux, j’ai perdu une partie de ma force et de mon attention que j’ai reporté après, ailleurs, au-delà. Heureusement pour moi, parce que d’autres y perdent leur vie, j’y ai mis assez de sérieux pour me rendre compte que je n’étais pas assez sérieux : c’est alors que j’ai décidé de changer de jeu !
4. Comme tout jeu, celui de la vie a une fin, et cette fin n’est pas dramatique contrairement à ce que ceux de l’entre-deux voudraient faire croire aux autres, aux enfants qui s’en foutent car ils sont tout à leurs jeux, et aux vieux qui en ont marrent de jouer et voudraient bien être mis sur la touche ! Je ne suis pas du tout effrayé par l’arrivée prochaine de la fin de ma partie, au contraire : le jeu m’intéresse d’autant moins que j’en connais de plus en plus les ficelles, un peu comme Brel à la fin de sa carrière. Et puis je fatigue, je suis moins performant en me donnant plus de peine !
Je me dois d’ajouter quelques commentaires plus personnels :
1. Comme je l’ai déjà dit, j’aurais pu jouer à un jeu plus réel ! A l’époque de la « télé réalité », terme inventé précisément par ceux de l’entre-deux pour camoufler leur faux-semblant et justifier leur apparence sévère, je reconnais que le jeu le plus réel, celui qui se rapproche le plus de la réalité, est le jeu des gendarmes et des voleurs puisque c’est celui-là qui mène ce monde où tout, absolument tout, est décidé, réglé, légiféré, sanctionné, justifié, théorisé, en fonction de l’argent. Je me suis trompé de jeu, ou plutôt j’ai reçu en étrennes un jeu plus virtuel, celui des élus et des damnés. Le jeu des gendarmes et des voleurs rend compte aussi de la violence qui touche toutes les couches de la société, alors que, dans le combat entre les élus et les damnés, la violence est cantonnée dans quelques groupes de fanatiques et d’intégristes. Seuls ne jouent pas les maîtres de l’entre-deux, qui se cachent derrière les gendarmes et comptent leurs sous : ils sont bien à plaindre, et tout à perdre !
2. Tout petit, j’ai donc appris à jouer aux élus et aux damnés et, dans ce jeu, j’ai tiré la carte du sauveur ! J’ai joué au sauveur, et j’y ai plutôt bien joué, dans le sens où j’y ai joué de tout mon cœur, de toute mon intelligence et de toutes mes forces, ou presque : comme tous dans ce jeu religieux, j’avais un petit regard en coin vers dieu, la résurrection, la vie après la mort, etc. J’y ai quand même mis assez de sérieux pour me rendre compte à un moment que l’enjeu de ce jeu était un peu virtuel, que ceux qui y jouaient, mis à part moi et quelques fanatiques, n’étaient pas passionnés : le salut éternel faisait moins recette que le salut matériel ! De plus cet enjeu n’était pas « pour de vrai », puisqu’il renvoyait toujours après la mort, donc après le jeu, comme une récompense promise ! Comme si un enfant pouvait jouer bien sagement à un jeu qu’il n’aime pas contre la promesse d’une sucette ! Non ! Le seul vrai enjeu d’un jeu est le plaisir de jouer, comme semblent le découvrir les entraîneurs de tous bords : celui qui joue uniquement pour une récompense joue mal !
3. J’ai donc voulu changer de jeu : je suis entré dans la partie des gendarmes et des voleurs, et j’ai choisi le camp des voleurs. J’étais déjà un peu vieux, et je n’ai pas réussi à atteindre le niveau que j’avais au jeu des élus et des damnés. Mais je me suis encore bien amusé à apprendre de nouvelles règles et de nouvelles techniques, grâce aux conseils de ceux qui m’avaient apprécié en tant que sauveur dans l’autre jeu. Et j’ai pu marquer quelques points.
4. A ce jeu des gendarmes et des voleurs, j’ai évidemment choisi le meilleur camp, celui qui perd pratiquement toujours, mais celui qui a le plus de panache, qui prend le plus de risques, qui vit l’aventure à cent à l’heure, qui se moque des conventions, qui fait la nique aux puissants, qui gaspille et fait la fête, qui s’amuse, qui invente sans cesse, qui joue à fond, qui mise tout sur un coup de dés, sans soucis de conserver, d’économiser, de rentabiliser, de se justifier, de paraître, de ressusciter, de vivre longtemps et même après la mort. J’ai choisi le camp de ceux qui jouent à la vie à la mort ! Trop tard ? Non ! Il n’est jamais trop tard pour nous ! Comme disait Jésus, c’est toujours « maintenant » !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cellaic.com
quenimid
Invité



la vie est un jeu Empty
MessageSujet: rien ne va plus!...   la vie est un jeu Icon_minitimeMar 10 Aoû - 11:15

un beau texte J-F!... bien joué!... sauf que quand est un peu essoufflé tout miser sur un coup de dés c'est peut-être un peu risqué.... pale bisou
Revenir en haut Aller en bas
enfin pr
Invité



la vie est un jeu Empty
MessageSujet: bien d'accord   la vie est un jeu Icon_minitimeJeu 12 Aoû - 13:08

c'est pour cela que j'ai parlé des vieux qui ont envie de rester sur le banc de touche... et même parfois de rentrer au vestiaire... Il m'arrive souvent d'en faire partie, non pas que je n'aime pous le foot, mais comme tu dis je suis essouflé! bisous
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




la vie est un jeu Empty
MessageSujet: Re: la vie est un jeu   la vie est un jeu Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
la vie est un jeu
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les trois ordres :: philosophie :: débats-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser